Santé

Sophro-analyse : se réconcilier avec soi-même 

La sophro-analyse est une pratique psychothérapeutique. Elle amène à guérir des blessures pour se reconnecter à soi-même. Relaxation et bienveillance, sont les mots clés.

S’aimer. Ça a l’air si simple, dit comme cela. Mais, on ne naît pas avec un mode d’emploi dans les mains. Cela vaut pour tout le monde, mais en même temps c’est unique à chaque personne. Paraître prétentieux peut cacher quelque chose, comme paraître très peu confiant, peut l’être.  

La sophro-analyse est une thérapie psychocorporelle. C’est une pratique qui engage la reconnexion à soi, avec douceur et bienveillance. Les blessures de l’âme sont parfois occultées, mais restent ancrées en nous. Chaque évènement qui se passe dans votre vie est gravé quelque part, et la sophro-analyse explore ces parties encore inconnues. Certaines blessures du passé reviennent à la surface par un évènement présent, sans s’en rendre compte. C’est un processus intérieur qui permet de « modifier tous les comportements destructeurs et répétitifs que vous avez inconsciemment mis en place dans votre vie », explique Stéphanie, sophro-analyste à Annecy. De son côté, Murielle, sophrologue et sophro-analyste, estime que c’est « un voyage intérieur ». 

Trouver son alignement intérieur, c’est explorer toutes les dimensions de l’être : le cœur, le corps mais aussi l’esprit. Se lancer dans une thérapie qui n’est pas encore connue du grand public est parfois difficile, mais il n’y a pas de règle. Dès que vous en ressentez le besoin, c’est que c’est le bon moment. Toute problématique est légitime d’être traitée. Stéphanie liste : « difficultés relationnelles, addictions, mauvaise image de soi, allergies, migraines, troubles du sommeil, ou encore angoisse… ».

Ce n’est pas une pratique miraculeuse. Il faut de la patience et de la persévérance pour reconnaître ce qui vous a éloigné de vous-mêmes dans votre vie. Florent, conducteur de train, consulte une sophro-analyste depuis plusieurs années maintenant, il s’est lancé quand il a estimé que c’était le bon moment. « Parfois on a l’impression de porter quelque chose de lourd, on ne sait pas pourquoi. Ça nous fatigue, ça nous pourrit la vie clairement… ». C’est une possibilité d’explorer sa vulnérabilité dans un cadre confidentiel mais aussi bienveillant. 

Accepter pour mieux pardonner

Cette thérapie se complète avec d’autres, c’est le juste milieu entre la sophrologie, qui se base sur des exercices de relaxation, de respiration, et la psychanalyse. Florent, n’a pas commencé par ça. « Après avoir fait pas mal de choses, comme le reiki, la PNL, la psychanalyse… ce sont des choses qui m’ont fait évoluer, qui m’ont apporté beaucoup mais jamais en profondeur. La sophro-analyse traite les problèmes à la racine. Elle va au plus profond des choses. ». 

Beaucoup de ces spécialistes commencent leur séance par des exercices de sophrologie, afin de détendre le mental des patients, et baisser les réflexes défensifs inconscients, du corps mais aussi du cerveau. Le souffle accompagne la libération des mémoires et favorise aussi la circulation des énergies. Les séances sont faites pour explorer son histoire. Se confronter à nos parts d’ombre, pour mieux s’en libérer. Effectivement, cela doit se faire sans jugement, pour que le changement puisse avoir lieu. Cette pratique est réalisée en état modifié de conscience pour aller chercher ce qu’il y a de plus loin, pour se reconnecter à son enfant intérieur. C’est identifier les pensées qui nous limitent pour atteindre une prise de conscience, et guérir de ces blessures. 

Paix intérieure, acceptation et pardon. Ce sont les trois grands principes de la sophro-analyse. Le fait d’explorer les différentes facettes de sa personnalité permet de mieux se comprendre. Cela consiste aussi à se réconcilier avec soi-même. Cette réconciliation engage une acceptation des expériences passées, et présentes. Cela ressemble à une forme de deuil, pour lâcher prise et se détacher du monde extérieur. En effet, s’accepter pleinement renvoie à se pardonner. « Le pardon de soi est celui qui permet de pardonner aux autres leurs actions. Prendre le temps d’intégrer la sagesse présente. La culpabilité et la honte se dissipe pour laisser place à l’amour de soi » souligne Murielle.

Poser des mots sur ces maux

« Nous portons tous des choses de notre passé, de nos ancêtres, de notre arbre généalogique. La sophro-analyse casse toutes ces chaînes et nous libère. », raconte Florent. Toutes les séances sont différentes, aucune ne se ressemblent. Elles se déroulent selon les problématiques, les énergies du moment. Le but est que ce soit spontané. Il faut se détacher de nos attentes. Chacun évolue à son rythme et à sa manière. Certains ressentent la séance, d’autres visualisent les scènes du passé. À chaque corps, sa séance. Mais dans l’ensemble, elles restent identiques sur la forme. Elles se déroulent en 4 étapes. 

La reconnexion à soi avec des exercices de relaxation et de respiration pour s’ancrer. Mais aussi, calmer le mental. Poser avec des mots la problématique à résoudre, en exprimant ce qui nous tient à cœur. Et les raisons de notre venue. Après, vient la mise en pratique. En fonction du temps et des besoins de la personne accompagnée, les exercices varient. Il n’y a pas de protocole. C’est le moment de l’exploration de soi, le moment de lâcher prise.

Parfois, des blessures du passé reviennent inconsciemment, mais il faut les assimiler pour pouvoir les traiter. En ce qui concerne la fin de la séance, elle se termine avec un moment de partage. Toutes les séances ne sont pas agréables à vivre, selon ce qui remonte, c’est pourquoi l’accompagnement de la sophro-analyste est important. Avec son expérience, Florent estime que « tout le monde devrait en faire, car tout le monde porte des choses de sa généalogie, chacun le vit à sa manière. » 

Fiona Lassagne

+ posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

X