Le compte à rebours avant Noël est lancé et pourtant, l’inflation vient contrarier les achats des Français. Les ménages changent leurs habitudes pour pallier à une hausse de 6,2% depuis Noël dernier.

« Cette année on chamboule toutes nos habitudes », nous confie la famille Nadot. Le maître mot est « l’adaptation ». Comme beaucoup d’autres familles, les budgets courses et décorations sont revus à la baisse. « Nous optons pour le fait maison. Pas de tours chez le traiteur ni chez le pâtissier. » Un regret pour Karine, la mère de famille, qui apprécie habituellement se rendre chez les petits commerçants en période de fêtes.
L’institut de sondage Ifop révèle que 51% des Français interrogés sont angoissés par la charge financière que représente Noël. Un niveau de stress record qui dépasse celui des années précédentes 47% en 2021. En effet, la flambée des coûts de l’énergie et de hausse généralisée des prix, transforment la fête en une source de stress au niveau financier. 

Une année moins abondante

Sur la table, certain produits festifs seront boudés par les français. Ce même sondage Ifop révèle que 71% des personnes sondés réduirons leurs budgets dinde et foie gras. « Le repas ressemblera plus à un repas de tous les jours, on fait l’impasse cette année en espérant que l’année prochaine soit meilleure », poursuit Karine. Une tendance qui se confirme dans les commerces de bouches. Thierry, fromager dans les Yvelines a dû augmenter ses prix pour pouvoir continuer son activité. L’augmentation varie en fonction des produits, allant de trois euros à 10 ou même 20% de plus sur le prix au kilogramme. « Les clients réagissent, ils me disent que les les prix augmentent mais pas leurs salaires », témoigne Thierry. Une hausse qui se confirme sur d’autres produits comme les champagne (+7%) et les escargots surgelés (+14%) selon l’institut Nielsen. 

Si les français économisent pour le repas, ils ne dépenseront pas plus pour les cadeaux. Pour faire des économies les familles trouvent des solutions. C’est le cas de la famille Cluzel. « Nous avons décidé cette année de tirer au sort une personnes chacun. Nous aurons donc un cadeaux à faire par personne. Nous nous sommes fixés un budget de 50€, explique Carole Cluzel. Cela évite aux jeunes de dépenser trop, nous on s’en sort mais pour eux c’est plus dur. » L’Ifop dévoile qu’au final, le budget pour les cadeaux de Noël 2022 tombe à 386 euros en moyenne, contre 408 euros en 2021. 30% des sondés dépenseront moins de 200 euros cette année en cadeaux contre 23% en 2021. D’autres ont tout simplement fait le choix de ne rien offrir et de se concentrer sur le moment de partage. « Nous avons pensé à cette solution, mais nous avons opter pour un cadeau pour garder la tradition de Noël », conclut Carole. 

Le prix du panier moyen varie en fonction des régions

En fonction de votre région, vos courses vous coutent plus où moins cher. C’est le constat d’une étude menée par Nielsen IQ. Les disparités sont frappantes. Si vous habitez à Paris votre panier moyen sera 19% plus cher que la moyenne nationale. Des prix très élevés qui se prolongent par Lyon et Marseille. A contrario, si vous habitez en Vendée, les prix restent 5% en dessous de la moyenne nationale.
Mais alors pourquoi de tels différences ? L’Ouest de la France mis à part la Gironde bénéficie de prix plus bas que la moyenne nationale. Et ce grâce à des magasins qui appliquent une politique stricte sur les prix depuis bien longtemps. C’est le cas  de Leclerc par exemple. Mais les prix sont aussi influencés par le coût des loyers. Dans les grandes villes les charges s’envolent et se répercutent dans le chariot des français.
Enfin, dans les régions montagneuses une logistique d’approvisionnement déjà coûteuse auparavant, explique des prix 5% plus élevé que la moyenne française en période d’inflation. 

Les prix sont bien évidemment influencés par les produits et leurs provenances. Les produits propres à une région seront moins dans cette même région. En se qui concerne les boulangeries par exemple, l’augmentation est à peu près égale sur tout le territoire à cause de mêmes problématiques pour tous.
Les changements d’habitudes seront donc différents d’un endroit à un autre. 

Violaine Verniol

+ posts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici