C’est LE grand rendez-vous festif incontournable, depuis à peu près deux semaines, les marchés de noël se sont installés au cœur de toutes les villes en France. Et cette année l’ambiance bat son plein.

Crédit : Elisa Cantaux

La période de Noël approche et les marchés ont ouverts leurs portes pour se balader, acheter des cadeaux et décorations, déguster les spécialités régionales et bien évidemment passer du temps en famille.
Mais depuis quand les marchés de noël existent-t-ils ?
Franck, vendeur de spécialités Alsaciennes au marché de noël des Tuileries nous raconte l’origine de cette tradition : « La tradition est ancienne, les premiers marchés de Noël ont eu lieu en Allemagne et en Alsace aux alentours du 14e siècle. Au départ cela ne s’appelait pas marché de Noel mais « marché de Saint Nicolas » qui était un saint protecteur des enfants. Deux siècles après les marchés ont été renommés par le nom de « Christkindlmarkt » (marché de l’enfant Jésus). Le but était de continuer dans le religieux et de placer le Christ au cœur de la tradition » … « Et c’est dans les alentours de cette période que le marché de Strasbourg qui est le plus beau marché de noël à mes yeux est née. On y vendait des choses authentiques qui amélioraient l’esthétique des fêtes de fins d’année avec les familles, le convivial était plus important que le commercial d’aujourd’hui… »

Le chiffre d’affaires en baisse

Nombreux sont les exposants qui craignent cette année une baisse de leur chiffre d’affaires. Ce n’est pas le froid qui semble les tracasser mais la hausse globale des coûts des produits et des matières premières qui se répercute directement sur les stands.

Pour exemple, le cuisinier Guillaume Fourcade regrette ainsi la hausse du prix de son foie gras qui est passé de 40€ les 500 grammes l’an passé à près de 65€ aujourd’hui : « avec la grippe aviaire et l’inflation générale, nous subissons une augmentation démentielle des coûts sans même toucher nos propres marges ». Ainsi, son burger de Noël proposé il y a 1 an à 10€, est passé aujourd’hui à 12€.

Agnès du Cheylard, créatrice de bijoux en pierres naturelles, doit même retrancher ses coûts sur sa marge pour « continuer à proposer des créations abordables » à l’heure où ses clients ont une démarche d’achat beaucoup moins spontanée et « réfléchissent beaucoup plus avant de se faire un cadeau ».

Fini l’achat « coup de cœur », désormais la raison prend le dessus en période de fêtes. Clémence elle va désormais à l’essentiel : « Cette année, je remplace le champagne par du vin blanc, le caviar par des œufs de lompes ». Romain quant à lui a anticipé ses dépenses de fin d’année : « j’essaie de faire plaisir à mes enfants mais pour cela j’ai dû commencer à acheter les cadeaux il y a deux mois ».

Grosse affluence sur les marchés de noël

Cette année, tous les marchés de Noël qui ont ouvert fin novembre en Alsace connaissent une forte affluence. La fin des restrictions sanitaires et l’envie de s’évader ont pris le dessus.
Et pour cause, au programme à Strasbourg, une dizaine de villages peuplés de 300 chalets autour de la cathédrale, glorifiés par des kilomètres de guirlandes. Son sapin érigé place Kleber culmine à plus de 30 mètres et s’impose comme le plus haut du pays. Autour, on y retrouve des dizaines de stands dédiés à l’artisanat et aux spécialités alsaciennes.

Continuons en Alsace, Colmar est la plus typique et traditionnelle des grandes villes alsaciennes nichée au cœur des vignobles. En vous promenant dans les petites rues de cette belle ville, vous pourrez découvrir un chemin lumineux qui vous emmènera à chaque petit marché de Noël. La ville propose même un marché gourmand ou des maîtres restaurateurs vous concocteront des plats typiques…

Et puis direction la Franche-Comté avec le marché de Noël de Montbéliard reconnu parmi les plus beaux d’Europe. 180 artisans choisis un à un pour leur qualité et leur originalité se réunissent. Sébastien Simon responsable d’un chalet au marché de noël de Colmar raconte : « Les deux premiers week-end, on a été très satisfait. Les gens sont venus, peut-être même un peu de trop. On a du monde et on en attend encore plus »
Les marchés de noël cartonnent cette année mais, pour certains, l’affluence devient ingérable. C’est le cas à Pérouges ou une jauge a été imposé. : annoncé comme « le marché de Noël le plus magique de la région » sur Internet, le marché de Pérouges et sa soixantaine d’exposants connaissent un succès dément. Mais, la magie a un prix : bouchons, stationnement désordonné, file d’attente interminable et impossibilité d’entrer dans la cité. Parfois venus de loin, bon nombre de visiteurs ont opéré un demi-tour.

+ posts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici