C’est un départ voulu pour le rappeur belge, son plan était prévu et annoncé depuis le début d’année. La fin de sa carrière avait été annoncée dès la mise en ligne des dernières dates à l’Accor Arena de Paris. Tous ses fans le savaient déjà, sa série de concerts du 14 au 17 décembre marquait sa dernière apparition. Une fin en apothéose qui rappelle pourquoi Damso a décidé de quitter la scène musicale, cela avec l’approbation de son fidèle public.

Retraçons le parcours de l’artiste, qui a profondément évolué depuis ses premiers projets. Ils sont les témoins d’un Damso torturé par des démons et une noirceur qu’il a utilisé comme moteur pour son écriture. En effet, la musique est pour lui une manière d’exorciser ses pensées les plus perverses. Cet univers, plein de punchlines crues et violentes a tout de suite trouvé son public. Damso devient vite un monstre du rap, notamment avec des titres comme  »Autotune », issu de son premier album  »Batterie faible », sorti en 2016, et  »Macarena », issu de l’album  »Ipséité », sorti en 2017. Ce dernier est d’ailleurs toujours deuxième dans le top écoute Spotify de l’artiste avec 160 millions de stream aujourd’hui. 

Depuis ces deux projets qui ont propulsé l’artiste au rang des plus gros rappeurs de notre génération, il s’est constitué un public fidélisé par son univers atypique et singulier.

Lyam, 18 ans, s’est éduqué au rap en découvrant Damso. Rencontré à la boutique éphémère parisienne de l’artiste, il l’explique : « sa vibe particulière m’a touché. Il est posé mais en même temps très agressif, on ressent tout ce qu’il veut partager. Sa façon de poser est très spéciale, tout comme son flow. Il s’est tout de suite démarqué des autres artistes en étant novateur. »

Cela notamment grâce à des textes remplis de vices assumés et d’histoires mystérieuses. Comme avec le titre  »Amnésie », qu’il a fait disparaître de l’album  »Ipséité » et des plateformes de streaming, car son contenu en dévoilait trop sur son intimité. Particulière et touchante, elle fait partie des hits de l’artiste qui y aborde le sujet de sa culpabilité, face au suicide d’une ancienne fréquentation… Il a créé chez les fans beaucoup de questionnements sur sa véracité. La seule information que Damso a bien voulu dévoiler à ce propos est le fait que cette histoire n’est pas une fiction, mais bel et bien un des traumatismes de sa vie. 

Derrière les souffrances d’un homme que l’on peut imaginer insensible lorsque l’on écoute ses premiers titres, se cache un enfant traumatisé par la guerre au Congo, et par le déracinement culturel qu’il a vécu étant jeune. 

Plus profonds, ces sujets sont d’ailleurs de plus en plus abordés dans les récentes sorties de sa discographie, montrant l’évolution de registre et la nouvelle maturité dont il fait preuve. Il met désormais un point d’honneur à vouloir mettre en valeur la culture et les artistes de son pays d’origine, comme avec le titre  »Fais ça bien », en featuring avec l’artiste congolais Fally Ipupa.

Un nouveau Damso… et la suite

Le rappeur a voulu laisser libre court à sa créativité sans s’imposer de barrières, sans délais et en s’affranchissant de tout codes commerciaux. Dans  »Qalf Infinty », sorti en 2021, Damso a expérimenté des nouveaux horizons avec des titres couvrant une plus grande variété musicale. A l’image des featuring sortis récemment où il arrive à intégrer l’univers d’artistes d’une grande diversité, tout en gardant son identité musicale.

Pour Axel, 18 ans, présent pour la 4e et dernière date à Bercy de l’artiste, ce changement est bien accueilli : « J’ai vu que beaucoup d’auditeurs préféraient le Damso d’avant, qu’il n’acceptaient pas l’évolution… mais justement le but de ce projet-là, est qu’il prenne plus de liberté en faisant davantage ce qu’il aime. » De son côté, Lyam le confie, « il a fait énormément de propositions artistiques par rapport aux rappeurs ordinaires. Instrumentales et mixes sont très travaillés, on sent qu’il a pris son temps. Il a rassemblé choeurs, solos de guitare électrique et saxophone au sein d’un même titre. Il va loin et ça fait plaisir. »

En effet, il s’agit d’un choix de l’artiste, qui privilégie sa passion. Damso aime expérimenter et tester de nouvelles alternatives. Il ne fait plus des titres pour plaire aux attentes de son public, mais uniquement pour lui-même, ce qui le rend plus épanoui. Cette démarche sincère renforce une partie de son public, qui partage sa vision et le soutient dans toutes ces expériences musicales. Pour Axel, « libre aux gens de le suivre ou non, mais il s’attendait à perdre une partie de ses fans. Désormais, il ne souhaite plus plaire à une majorité. »

La conclusion de sa réflexion sur son bonheur étant de s’émanciper des impératifs du succès. Le niveau ultime de son projet est d’établir un studio dans une caravane, pour voyager tout en faisant ce qu’il aime le plus au monde : de la musique. Cela annonce donc un départ de l’artiste, plutôt bien accueilli par ses fans : « je n’attends rien de Damso, il a besoin de prendre son temps et d’une pause dans sa carrière, pour qui sait, mieux revenir peut-être », espère ainsi Lyam.

Et le rappeur belge réserve encore des surprises. Tous ses fans le savent, un plan est toujours établi pour le futur. La mystérieuse date du 30 mai 2025 a d’ailleurs été annoncée en photo de profil du compte Instagram de l’artiste. En outre, un projet de création d’une radio est en cours, tandis que sa plume est fréquemment mise au service d’autres artistes, comme dans le titre  »Donne-moi ton coeur », écrit par Damso donc pour être chanté par Louane.

+ posts

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici