"Love is love" est le slogan de combat de la communauté LGBT +, il a principalement été utilisé pour le droit au mariage homosexuel.

Le président américain, Joe Biden a signé, ce mardi 13 décembre, une loi qui protège le mariage homosexuel dans tous les États du pays. 

C’est à la Maison Blanche que Joe Biden a signé cette loi devant plus de 5 000 invités. Il s’agit pour lui d’une « avancée cruciale vers l’égalité, la liberté et la justice, pas seulement pour quelques-uns mais pour tout le monde. » Ce vote a mérité pour le Président américain d’une réelle cérémonie. Il ajoutera sous les acclamations du public que « c’est une chose quand la Cour suprême prononce un jugement, ça en est une autre quand les représentants élus du peuple votent au Congrès pour dire haut et fort : l’amour est l’amour ». Après son discours, la chanson « Born this way » de Lady Gaga a résonné dans toute la Maison Blanche. Celle-ci s’est s’illuminée aux couleurs de l’arc en ciel. Dans cette même ambiance, Cindy Lauper a interprété sa chanson True Colors, l’hymne de la communauté LGBT+. Le témoignage de Gina et Heidi Nortonsmith a également été entendu. Ces deux femmes lesbiennes ont exprimé leur union devant les tribunaux américains avant le vote de la loi. 

Cette belle cérémonie signe officiellement ce texte, voté au préalable au Congrès. Autrement dit, ce sont 39 parlementaires républicains et tous les Démocrates qui ont permis cette avancée dans tous les États du pays. Mais, 169 Républicains s’y opposent. Jim Jordan, un élu républicain et proche de Donald Trump, s’est exprimé dessus « je pense que c’est la mauvaise voie à suivre ». La droite religieuse est donc principalement contre.  

Mais, cette nouvelle législation « Respect For Mariage Act » abroge d’autres lois antérieures du pays. Ce qui déplait aux républicains. Désormais, le mariage n’est plus l’union entre un homme et une femme. Les agents d’État civil, n’ont pas le droit de discriminer selon le texte, « tout couple en raison de leur sexe, race, ethnicité ou origine ». Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants, a déclaré sur son compte twitter qu’il s’agit d’une « victoire historique dans la lutte pour la pleine égalité – consacrant le droit fondamental d’épouser la personne que vous aimez. » 

Joe Biden avait exposé dès 2012 son avis sur le sujet. Le vice-président de Barack Obama avait informé au micro d’une chaîne américaine, qu’il « s’agit d’une question simple : qui aimez-vous ? Qui aimez-vous et serez-vous fidèle à la personne que vous aimez » et avait continué sur ce même propos « je n’ai pas le moindre problème avec le fait que des hommes épousent des hommes et que des femmes épousent des femmes avec exactement les mêmes droits que des hommes épousant des femmes ». Le texte avait alors été voté en 2015.

Mais, Karine Jean-Pierre, la porte-parole de la maison Blanche et première femme noire et lesbienne, déclare que cette nouvelle loi va « apporter de la tranquillité d’esprit aux millions de couples LGBTQI + et interethniques qui disposent désormais des droits et des protections qui leur sont dus ainsi qu’à leurs enfants. » Elle fait alors référence au droit à l’avortement bousculé en juin dernier. 

Le droit à l’avortement et au mariage homosexuel, un avenir différent 

Le 24 juin dernier, la Cour Suprême des États-Unis a mis fin à l’arrêt Roe VS Rade. Celui-ci stipulait du droit des femmes à avorter. Cette abrogation a entraîné la fermeture des cliniques le pratiquant. Le 6 octobre, une étude de l’Institut Guttmacher annonçait que soixante-six cliniques américaines interdisaient l’interruption volontaire de grossesse (IGV). 

Cette même étude ajoutait qu’« environ 22 millions de femmes en âge de procréer vivent dans ces États ». 29% des Américaines ne peuvent donc plus avorter dans leur État. L’étude tire alors le signal d’alarme en informant que la situation « va continuer de se détériorer ». Il suppose qu’il sera bientôt possible de compter une privation de l’IGV dans 26 États sur 50. En 2020, c’est plus de 125 000 avortements dans ces États. 

Joe Biden, avait alors annoncé son mécontentement envers cette décision. Il avait appelé tous ceux ayant le même avis à voter pour lui pour les élections mi-mandat du 8 novembre. Élection qu’il a remportée. La loi « Respect for Mariage Act » s’inscrit dans la continuité de ses promesses. Le président américain a également annoncé l’ajout du genre « X » sur le passeport américain. Cette mention prend place à côté du « H » (homme) et « F » (femme). Joe Biden a également supprimé une interdiction mise par Donald Trump, celle bloquant les personnes transgenres de servir dans l’armée. 

+ posts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici