Ce matin avait lieu les premiers tests de la piste de descente olympique à Yanqing, des tests décisifs pour les skieurs qui doivent s’adapter à cette piste créée de toute pièce. Un seul intrus pourrait gâcher la partie : le vent. 

À Yanqing la piste de descente olympique sortie de terre a été testée par tous les skieurs du monde entier ce matin. Lors des tests de « The Rock » les skieurs ont eu la mauvaise surprise de louper de nombreuses portes et ce à cause du vent. Depuis plusieurs semaines le lieu de construction de la piste est décriée, certains affirment qu’en cas de vent fort les épreuves ne pourront pas se tenir. Beat Feuz, skieur alpin Suisse expliquait à nos confrères du journal le matin : « On voyait les portes se pencher d’un côté et de l’autre. C’est le problème ici, mais on ne peut rien y faire, rien changer ». Quant à Nils Allègre, un skieur Français, il affirme à nos confrères de l’équipe : « Je me suis fait une grosse frayeur assez vite, j’ai failli m’arrêter après 15 secondes. J’ai appuyé sur un mouvement de terrain, et ça m’a catapulté, j’ai la chance d’être sur mes deux jambes. […] Il y a beaucoup de courbes, mais la grosse inconnue, c’est le vent. Sur la section du milieu, c’était incroyable, ça lève la neige dans les yeux ». Et pour Matthieu Baillet, toujours pour l‘équipe : « Il y avait du vent, il fallait rester calme et prendre du recul […]C’est perturbant, il peut venir de tous les côtés, on espère qu’il n’y en aura pas trop le jour de la course ».  

Concernant le type de neige, qui est artificielle comme 100% de la neige présente sur les installations chinoises, les skieurs sont partagés. Pour Matthieu Baillet : « Ça me fait penser à un profil américain, où chacun peut s’exprimer, il n’y a pas de grosses difficultés et la neige est assez facile à maîtriser. On a tous notre chance là-dessus. » Quant à Maxence Mutazon, il explique à l’équipe : « C’est une neige artificielle, donc c’est plutôt agressif, mais le terrain est magnifique, ça fait une belle piste pour s’exprimer. C’est sûr que ce n’est pas de la glace qui ondule, qui tape, ça change un peu de ce qu’on a l’habitude de trouver ». Le skieur Suisse Marc Odermatt, rajoutait à nos confrères du journal le matin : « Tout est différent de ce que l’on connaît. La neige est agressive et ressemble un peu à celle d’Amérique du Nord mais reste inédite ».

La piste de descente olympique chinoise pourra donc réserver de belles surprises. Le classement de l’entrainement d’aujourd’hui n’a aucune valeur indicative, car 7 des 10 meilleurs skieurs ont loupé des portes et ont donc réalisés de bons chronos, mais ils auraient été disqualifiés en condition réelle le jour de l’épreuve. Les épreuves de descente auront lieu le 6, 10, 15 et 17 février. 

+ posts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici