Emmenés par le duo DeMar DeRozan-Zach LaVine, les Chicago Bulls caracolent en tête de la conférence Est après 50 matchs et se prennent à rêver d’un 7e titre NBA, 24 ans après le dernier, remporté par la bande à Michael Jordan et Scottie Pippen.

Pour voir leur franchise remporter des gros matchs et pratiquer un basketball attrayant, les fans des Chicago Bulls devaient, pendant de longues années, se rendre sur YouTube (ou sortir les cassettes VHS) et se rappeler au bon souvenir de la période faste des années 90. Cette époque est officiellement révolue. Vainqueurs, cette nuit, du Orlando Magic (126-115), l’équipe entrainée par Billy Donovan a enregistré, avec une très grande maitrise, son 32e succès en cinquante rencontres de saison régulière.

Comme un symbole, les deux meilleurs scoreurs de la partie se nomment DeMar DeRozan et Zach LaVine. Auteurs respectivement de 29 et 26 points, les deux arrières, soutenus entre autres par Nikola Vucevic et Lonzo Ball, sont les porte-étendards du renouveau de la franchise de l’Etat de l’Illinois. Actuel leader de la conférence Est devant le tenant du titre Milwaukee ou Brooklyn, grand favori pour le titre, les Bulls semblent plus que jamais prêts à renouer avec leur lustre d’antan.

Une histoire contrastée

Mise en lumière dans la fameuse série documentaire The Last Dance, la décennie 1990 du club chicagoan reste, à ce jour, l’une des plus incroyables périodes de domination de l’histoire d’un sport collectif. Portée par un certain Michael Jordan et son fidèle lieutenant Scottie Pippen, les Chicago Bulls ont glané 6 titres NBA entre 1991 et 1998. Orphelins du trio Jordan-Pippen-Rodman après son dernier sacre, la ville de Chicago a mangé son pain noir au début des années 2000 en enchainant les saisons plus catastrophiques les unes que les autres.

De retour en play-offs en 2005 après 6 années d’absences, les taureaux rouges renaissaient petit a petit de leur cendres, sans pour autant faire partie des prétendants aux titres. Ce statut, la franchise le retrouve au début des années 2010 avec l’avènement de Derrick Rose. MVP de la saison régulière en 2011 (le plus jeune de l’histoire), l’explosif meneur, accompagnés de ses chiens de garde Joachim Noah et Carlos Boozer, hisse les Bulls en tête de la NBA puis en finale de la conférence Est, une première depuis les années Jordan. Battue sèchement par le Miami Heat de LeBron James, cette génération Derrick Rose, coachée par Tom Timbodeau, enchaine les désillusions en play-offs avant d’être mis à la porte par le board, en quête de renouveau.

Retombé dans les bas-fonds de la NBA, Chicago confie, en 2017, les clés de son camion à Zach LaVine, arrivé en provenance des Minnesota Timberwolwes. Après 4 années d’exploits individuels en tout genre dans un collectif pauvre, l’ancien pensionnaire de UCLA voit arriver, à l’été 2021, les All-Stars DeMar DeRozan et Nikola Vucevic ainsi que les anciens Lakers Lonzo Ball et Alex Caruso.

Des transferts payants qui placent aujourd’hui les Bulls parmi les favoris et qui donne le droit à la ville toute entière de rêver d’un nouveau titre, le premier sans Michael Jordan.

+ posts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici