Ce mardi 1er février, l’Olympique Lyonnais reçoit l’Olympique de Marseille pour le compte de la 14ème journée de Ligue 1. Un match qui se déroule 74 jours après l’original, pour une raison que l’on voit beaucoup trop souvent ces derniers temps dans les stades de France et d’Europe.

21 novembre 2021, le match entre l’OL et l’OM débute dimanche à 21h. A peine 4 minutes de jeu, et l’équipe à l’extérieur obtient son premier corner. Le stade, chauffé à blanc depuis les échauffements, commet l’erreur de trop, en lançant une bouteille d’eau pleine. Celle-ci viendra heurter Dimitri Payet, capitaine marseillais, au poteau de corner, qui s’effondrera à la suite du choc. 

Mais alors pourquoi ce match est la goutte d’eau qui fait déborder le vase ? Plusieurs raisons l’expliquent. Tout d’abord, à la suite de cette attaque, le match a dû être interrompu de très longues minutes avant d’être définitivement reporté. Un immense quiproquo s’est créé. Le club lyonnais souhaitait reprendre le match, au contraire du club phocéen. Concernant l’arbitre, il a tout d’abord avoué être forcé à reprendre le match avant de modifier sa déclaration quelques jours après. La situation était extrêmement confuse, et tout cela à cause de quelques ultras qui ont gâché la soirée de milliers de spectateurs et téléspectateurs. 

Mais le problème ne vient pas originellement de ce match. Depuis le début du championnat de France de cette année, de nombreux incidents sont parvenus dans plusieurs stades différents. Que ce soit entre supporters, ou prenant en compte des joueurs ou des membres du staff, de nombreuses échauffourées ont eu lieu depuis le mois de septembre. 

En tout, une petite dizaine d’incidents ont eu lieu. Le premier concerne encore l’OM, quand le 8 août, Valentin Rongier, alors remplaçant, recevait aussi une bouteille en pleine tête, lui ouvrant la lèvre. La fin de ce mois d’août sera marqué par plusieurs problèmes lors de derbys. Tout d’abord entre Rennes et Nantes, où les supporters ont tenté d’en découdre entre eux. Deux personnes seront jugées dans un mois pour violences exercées sur un agent de sécurité. 

Le 18 septembre, encore à l’occasion d’un derby, celui du Nord entre Lens et Lille, plusieurs supporters lensois ont envahi le terrain pour se quereller avec les quelques supporters lillois présents au stade Bollaert. Six blessés légers ont été à déplorer, et les CRS ont dû intervenir pour stopper la bagarre.

A chaque fois, des sanctions ont été appliquées, qu’elles soient sportives, avec des points retirés et des actions contre les joueurs concernés, ou économiques avec des amendes pour les clubs dont les supporters sont allez trop loin. 

En septembre, un car de supporters des Girondins de Bordeaux avait été attaqué par leurs homologues montpelliérains. Il y avait eu 16 blessés légers dans cette attaque. 

La France n’est pas le seul pays à connaitre des débordements de supporters, mais c’est tout de même dans ce pays que les échauffourées sont les plus dangereuses. La LFP et tous les dirigeants du football français doivent rapidement prendre des décisions pour faire cesser ces agissements qui détruisent l’image du football de manière générale. 

+ posts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici