Notre projet éditorial consiste à décrypter, analyser et comprendre les préoccupations de la jeunesse en vue de l’élection présidentielle. Les jeunes, souvent au cœur du débat public, se sentent incompris par la classe politique. Nous avons choisi quatre thèmes cruciaux dans la perspective des élections présidentielles de 2022 : l’environnement, les questions de genre, la peur du déclassement et le danger de réapparition de conflits en Europe. Crise climatique et sanitaire, pouvoir d’achat en berne, mais aussi avancée des droits des personnes LGBT+ et du féminisme, comment réfléchissent les Français de moins de 30 ans ? 

Enzo – 20 ans – 1ère année de journalisme à l’ISCPA 

Que redoutes-tu le plus en France dans les années à venir?

Tout d’abord le réchauffement climatique, c’est la question majeure de ce siècle et elle touche tout le monde, encore plus les jeunes générations car c’est notre avenir qui en dépend. Est-ce qu’il y aura une prise de conscience de la part des politiques ? Il y a aussi les crises politiques, les élections vont arriver en 2022 et le pays est de plus en plus divisé avec des candidats lunaires comme Zemmour. Pour moi, il fait peur, c’est un potentiel Trump bis. Tout le monde lui riait au nez au début, puis au bout du compte il a fini à la tête de la première puissance mondiale. Je redoute aussi l’après Covid pour les jeunes. C’était déjà dur, ça l’est encore plus, le Covid va laisser de grandes séquelles économiques et nous risquons d’être les plus impactés. On a morflé et je pense que ça ne va pas s’atténuer. J’ai peur pour notre pouvoir d’achat.

Que penses-tu des avancées en termes de sexisme, de droits LGBT+ dans notre société ?

Je pense qu’il reste beaucoup à faire, surtout en France. On n’est pas les pires mais on n’est pas les meilleurs non plus. Il faudrait déjà enlever le tabou toujours existant autour de ces sujets. Mais je pense aussi qu’il faudrait faire attention à ne pas tomber dans les extrêmes, je parle pour le mouvement Me Too par exemple, il faut garder un juste milieu et ne pas tomber dans des positions qui pourraient décrédibiliser la cause au lieu de la servir.

As-tu peur du déclassement ? D’être moins payé que tes parents ? De ne pas avoir de retraite ?

Je pense que notre génération risque de subir des baisses de salaire. J’aimerais avoir une retraite mais je pense que ça risque d’être de plus en plus compliqué. On entend des économistes expliquer que ça va être impossible de partir à la retraite à un âge convenable avec notre système…ça me fait peur.

Quelles sont tes attentes pour la prochaine présidentielle ?

Je trouve qu’il manque de choix dans la course à la présidentielle, je dirais peut-être Macron pour qu’il essaye de finir ce qu’il a entamé et de concrétiser ses mesures. Ce n’est pas de gaieté de cœur si je vote pour lui, mais pour moi le problème en France c’est le quinquennat, les Présidents n’ont pas assez de temps pour mettre en œuvre leurs projets. J’attends des réponses sur les enjeux climatiques de chacun des candidats mais je pense que l’on n’en aura pas.

Trouves-tu que la politique est assez accessible aux jeunes ?

Ce n’est pas un problème d’accessibilité, mais plutôt un problème d’intérêt. Si l’on veut s’y intéresser on peut, la preuve : de nombreux jeunes s’y intéressent. Il faut que les politiques évitent de prendre les jeunes pour des imbéciles en pensant qu’en faisant une story Snapchat ou 2-3 TikTok ils gagneront nos voix. Ils décrédibilisent la parole des jeunes en la vulgarisant de cette façon.

+ posts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici