Notre projet éditorial consiste à décrypter, analyser et comprendre les préoccupations de la jeunesse en vue de l’élection présidentielle. Les jeunes, souvent au cœur du débat public, se sentent incompris par la classe politique. Nous avons choisi quatre thèmes cruciaux dans la perspective des élections présidentielles de 2022 : l’environnement, les questions de genre, la peur du déclassement et le danger de réapparitionde conflits en Europe. Crise climatique et sanitaire, pouvoir d’achat en berne, mais aussi avancée des droits des personnes LGBT+ et du féminisme, comment réfléchissent les Français de moins de 30 ans ? 

Justine* – 21 ans – Master en alternance commerce au CFA CODIS 

Que redoutes-tu le plus en France dans les années à venir? 

D’abord, la baisse du pouvoir d’achat car les prix augmentent mais pas les salaires… Je pense que les plus précaires et la classe moyenne n’ont pas été assez aidés par le Président pendant son mandat. Par exemple, le chèque de 100 € pour pallier l’inflation me paraît ridicule. On se sent clairement mis de côté. Je crains beaucoup l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir. Elle est de plus en plus présente sur la scène médiatique et je crains que cela n’influence certains Français avant les élections. L’insécurité a beaucoup augmenté ces dernières années, particulièrement les violences sexuelles. En tant que femme, je trouve que les peines infligées aux violeurs et agresseurs sont insuffisantes. Cela me fait assez peur. 

Quel sujet te préoccupe particulièrement ?

L’environnement. Les jeunes de ma génération ont été constamment sensibilisés au réchauffement climatique et ça peut causer beaucoup de stress quand on voit l’inaction générale des gouvernements. Je développe, comme pas mal d’amis, de l’éco-anxiété. J’ai entendu par exemple, que pendant la COP-26, près de 400 chefs d’états sont venus en jet privé. Lorsqu’on sait ce que ces appareils rejettent dans l’atmosphère en termes de CO2, c’est une aberration.

Que penses-tu des avancées en termes de sexisme, de droits LGBT+ dans notre société ?

Je suis contente de voir les avancées notamment avec les mouvements comme MeToo, qui libèrent la parole des victimes, mais ce n’est pas suffisant. Y compris pour les questions LGBT, les agresseurs ne sont presque jamais condamnés ou pas suffisamment. Le gouvernement et la justice devraient revoir les peines prononcées et participer à l’éducation des Français. Pourquoi ne pas revoir les cours au collège et au lycée pour sensibiliser les jeunes aux questions de genre, d’orientation sexuelle mais également sensibiliser au harcèlement ? 

As-tu peur d’être moins payée que tes parents ? De ne pas avoir de retraite ?

Je n’ai pas particulièrement peur d’être moins payée que mes parents, je ne me compare pas à eux, ce n’est plus la même époque. Par contre, la question de la retraite m’angoisse car je ne sais pas si nous y auront droit. Le système de retraite 2021 est déjà déficitaire… Je peine à imaginer celui de 2070.

Comptes-tu voter en 2022 ?

Bien sûr que je compte voter ! Pour moi, tous les jeunes devraient faire de même, j’ai vraiment beaucoup d’espoir en ma génération mais je serai peut-être déçue… 

Qu’attends-tu du prochain Président ? 

J’espère qu’il sera plus à l’écoute du peuple et pas seulement des classes supérieures. J’aimerais que le Président propose des mesures fortes qui pourraient aider les Français comme l’augmentation du Smic. J’espère également qu’il proposera des mesures concrètes contre les violences policières, les violences faites aux femmes, et qu’il sera généralement plus à l’écoute des minorités.

La politique est-elle assez accessible pour les jeunes ?

Je suis assez mitigée sur la question. D’un côté, la politique est assez accessible pour les jeunes car nous avons accès à beaucoup de plateformes qui permettent de se renseigner. Mais il est vrai que les médias traditionnels peuvent décourager certains jeunes qui cherchent des formats plus « actuels », comme ceux d’Hugo Décrypte : des post sur des réseaux sociaux avec des illustrations ou des vidéos Youtube qui résument l’actualité politique. Je trouve que les médias traditionnels sont réservés à l’élite car il n’y a pas de vulgarisation.

*le prénom a été modifié

+ posts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici