Le thème de la crise climatique a prit une envergure considérable dans les médias. En France, que ce soit en presse écrite, à la télévision ou en radio, le sujet gagne du terrain. Une lueur d’espoir pour l’avenir.

Depuis la crise sanitaire et l’arrivée des différents rapports montrant l’écologie à son meilleur niveau, de nouveaux médias spécialisés dans l’écologie sont apparus. Reporterre, We Demain, Kaizen, Actu Environnement, tous ces médias indépendants viennent tout juste de paraître et ont pour point commun d’être axés sur ce sujet. La raison de leur naissance est simple : la crise climatique actuelle et les enjeux écologiques qui les entourent.

Rebecca Armstrong anime le podcast « Une Boussole Pour Les Temps Qui Courent » mais a surtout animé un autre podcast abordant de nombreux thèmes sociétaux comme l’architecture ou l’alimentation. Il s’intitule « 2050 » et une centaine d’épisodes variant d’un quart d’heure à une heure sont sortis depuis 2017 jusqu’en juin 2020. Concernant l’écologie, elle assure que le sujet a connu une véritable explosion durant les dernières années. « J’ai commencé à travailler sur ces sujets là à la fin du siècle dernier, et en 20 ans, la question de la transition écologique a pris une place énorme. Néanmoins, il reste encore beaucoup d’actions à effectuer. » 

Selon Rebecca Armstrong, la crise du Covid-19 a aussi permis « d’accélérer la prise de conscience. » Depuis le premier confinement, le monde a commencé à se poser plus de questions sur l’incompatibilité de nos modes de vies par rapport à la situation, même si la vision reste à court-terme« . En effet, durant les confinements consécutifs, le monde a pu remarquer que la vie reprenait le dessus, avec notamment les taux d’émission de CO2 dans l’atmosphère qui avaient baissés jusqu’à 34% le 20 mars 2020 en France.

Concernant les médias les plus populaires, les plus regardés, lus ou écoutés comme les chaînes d’informations générales, Rebecca ajoute qu’ils ne traitent pas assez du sujet.  » Ce qui m’embête, c’est que l’écologie reste un sujet parmi tant d’autres, alors que la prise de conscience aura atteint un niveau suffisant au moment où l’on liera tout sujet d’actualité par le prisme de l’écologie au sens large« . Mais la montée en puissance de ce sujet pose un problème majeur concernant les médias.

Une attente accrue des lecteurs

Etant donné qu’il y a plus d’auditeurs et de lecteurs, les médias les plus regardés comme les JT télévisés en parlent de plus en plus. Une course à l’audience vient en parallèle de l’arrivée récurrente des sujets écologiques et environnementaux. De plus, une tension se créée entre d’un côté ces médias plus populaires qui essayent de plus en plus d’aborder le sujet de l’écologie, et d’un autre côté les nouveaux médias qui eux sont spécialisés dans ce domaine et qui sont pleinement engagés dans cette cause. Leurs informations sont plus fournies et plus détaillées. 

Néanmoins, si une des raisons de parler d’écologie est de sensibiliser un maximum de personnes, les enfants semble délaissés. Chez les jeunes, les chaînes de télévisions et magazines pour enfants évoquent très peu le sujet de l’écologie. Malgré quelques livres expliquant le sujet, cela reste minoritaire.

Enfin, quel que soit les médias, ils permettent tout simplement à de plus en plus de personnes de s’intéresser à ce sujet, et à rendre compte à la population de l’urgence climatique dans laquelle nous sommes. Des émissions et des podcasts sont créés chaque semaine, que ce soit sur le climat ou la biodiversité.

+ posts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici