Le cannabis devient une source économique importante aux États-Unis. © Emmanuel Thiebault

Depuis un mois, les ventes de cannabis montent en flèche aux États-Unis. Les commerces spécialisés ont été dévalisé en l’espace de quelques jours. Son gain économique commence à intéresser fortement les secteurs industriels.

Au lendemain de la journée internationale du cannabis, les ventes de marijuana explosent depuis quelques semaines dans les états où elle est légale. En seulement un mois, les États-Unis ont vu leurs ventes de ganja augmenter de 35%, par rapport à l’année dernière. Les autorités locales de Californie ont classé fin mars les Coffee shop, vendant de la marijuana à usage thérapeutique ou médical, comme « commerces essentiels ». Les pouvoirs publics ont considéré que cet usage serait bénéfique aux consommateurs pour les aider à affronter ces prochaines semaines d’isolement.

Dès la première semaine de confinement, une marée humaine s’est dirigée vers ces magasins spécialisés. Le cabinet de statistiques Headset a estimé une hausse de 160% des ventes d’herbes en Californie depuis trois semaines. Pénélope, une jeune consommatrice californienne de cannabis, fait partie de cette clientèle : « Avec une amie, nous sommes allées dès le matin dans notre shop habituel pour acheter notre consommation. Il y avait une énorme fille d’attente. Nous avons attendu environ 45 minutes, mais nous voulions vraiment avoir notre pochon pour la durée du confinement. » Sa consommation n’est pas dans un but récréatif mais bien thérapeutique, car cette plante lui permet « d’atténuer son anxiété et son stress. » Dans ces commerces, la marijuana est présente sous plusieurs formes : gélule, huile, spray, inhalation … Dans son cas, Pénélope a dû « se procurer une ordonnance médicale donnée par un professionnel de santé, c’est obligatoire en Californie. »

Cette commercialisation de marijuana est différente selon les Etats américains. Pierre-Yves Geoffard, économiste et auteur du rapport Cannabis : comment reprendre le contrôle ? datant de juin 2019, détaille au nom du Conseil d’analyse économique (CAE) : « Cette vente est autorisée dans environ trente Etats, mais au niveau fédéral elle est toujours interdite, ce qui complique l’accès des producteurs aux financements bancaires et boursiers, et limite les investissements, a contrario du Canada. » Sur la période 2014-2015, les États-Unis ont commencé à légaliser le cannabis dans les Etats du Colorado et de Washington. « Grâce à l’ouverture des magasins réservés aux adultes, le trafic illégal a diminué. Les adolescents sont moins en contact avec les dealers et leurs produits, affichent une baisse de consommation de 12% », stipule le rapport du CAE.

Le ganja business

Les recettes fiscales réalisées actuellement dans certains Etats américains sont d’abord un gain financier considérable. En 2018, « le Colorado affichait un total de 266 millions de dollars de recettes fiscales pour un total de 1,2 milliard de dollars de ventes de cannabis récréatif », selon les données du Colorado Department of Revenue 2019. Les Etats américains voisins affichent de plus en plus leur curiosité concernant cette rentabilisation économique : « Quand les premiers Etats ont légalisé la marijuana récréative à la suite de référendums citoyens, ce bilan positif en a incité d’autres à suivre la même démarche législative », argumente Pierre-Yves Geoffard. Cette pandémie attire de plus en plus les industriels qui sont conscients de l’intérêt économique. Certains secteurs, comme le pharmaceutique, le tabac ou l’alcool, commencent à s’intéresser de près à cette « nouvelle » marchandise. Le président du Syndicat du chanvre en France, Aurélien Delecroix, voit en la légalisation du cannabis « un ressort énorme au niveau économique à tous les niveaux., mais seulement si on la prend dans la globalité de ses usages : récréatif, thérapeutique, médical, biocarburant, plasturgie et textile. »

Une partie du corps médical et scientifique s’est fortement inquiétée quant à la ruée vers ces magasins spécialisés aux États-Unis. Des experts américains ont alerté la population sur les risques de fumer de la marijuana en pleine pandémie. Selon le pneumologue Albert Rizzo, son usage endommage encore plus le système respiratoire et aggrave les symptômes du Covid-19.

+ posts

Apprenti journaliste en quête de l'inconnu. Toujours à la recherche de sujets atypiques qui font bouger notre société.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici